L'Afrique qui marche est anglophone

Qui est le nouveau champion de la croissance économique en Afrique subsaharienne en 2012?

Non, ce n’est pas la Côte d’Ivoire, ni le Sénégal ou le Gabon. Il faut sortir du jardin francophone pour rencontrer l’Afrique qui marche.

Le champion de la croissance au sud du Sahara, c’est une ancienne colonie britannique, sortie il y a dix ans d’une terrible guerre civile, la Sierra Leone, avec une hausse fulgurante de 32% de son PIB grâce à son minerai de fer et son pétrole.

Le pays fait peu parler de lui et est quasi-absent des médias francophones couvrant l’Afrique.

Et pourtant, cet élève un peu timide du fond de la classe, encore classé parmi les pays les plus pauvres de la planète, vient de décrocher les félicitations du jury et succède à un autre «lion africain», le Ghana, anglophone lui aussi, boosté par le pétrole, qui passe de 13,6% en 2011 à un confortable 8,8% en 2012, selon le FMI.

En 2011, la croissance économique de la Sierra Leone était déjà honnête (+5,1%) et devrait rester très élevée en 2013 (+9,1%). Le sous-sol regorge de diamants, or et bauxite et du pétrole off-shore devrait également aider au décollage du pays.

Stabilité politique et envol économique

Cerise sur le gâteau, la croissance de l’économie va de pair avec l’enracinement démocratique. Pas mal. En conséquence, il serait temps de s’intéresser enfin à cette «success story» à l’Africaine.

Le président Ernest Bai Koroma qui a réussi à attirer de nombreux investissements étrangers vient de se faire réélire dès le premier tour avec près de 60% des voix lors d’un scrutin applaudi par la communauté internationale mais passé largement inaperçu.

Ce presque sexagénaire est peu connu hors de son pays, il préfère se concentrer sur les affaires intérieures plutôt que jouer les divas aux sommets de l’Union africaine, ce chrétien va à la messe les dimanches mais assiste aussi tous les vendredis à la grande prière du vendredi avec les musulmans.

Bref, il panse les plaies de la guerre et s’active pour sortir de la pauvreté ses concitoyens. Même si, bien sûr, tout n’est pas rose et une importante corruption accompagne la forte croissance du PIB.

La deuxième plus forte croissance économique de l’Afrique subsaharienne est enregistrée par un pays francophone, le Niger, avec un beau 14%, qui contraste fort avec le maigre 2,3% de 2011. Mais la performance de 2012 est largement superficielle, essentiellement due au début de l’exploitation du pétrole.

Et ne suffit pas à faire de ce pays un «lion d’Afrique», car il est toujours classé parmi les plus pauvres du monde, avec un indice de développement catastrophique et une explosion démographique qui handicape tout développement.

Le Niger pourrait en outre être contaminé par le «cancer islamiste» qui a gangréné le Nord-Mali. Les perspectives de croissance économique s’établissent à 6,6% en 2013, espérons qu’aucun «fou de Dieu» ne transforme le rêve nigérien naissant en cauchemar durable.

Source: http://www.slateafrique.com/101049/economie-croissance-pays-africain-anglophones-meilleurs-que-les-francophones

Inscription newsletter